Jovial coprésident

Il y a de ces gens qui dégagent la joie de vivre, qui semblent être de bonne humeur en tout temps. De ceux qui sont toujours les premiers à lever la main lorsqu’une personne cherche des volontaires. Karl-Hugo Pelletier est l’un d’eux.

« La communauté, je trouve que c’est important et j’essaie donc de faire en sorte qu’on ait la plus belle possible », explique le nouveau coprésident de campagne de Centraide Bas-Saint-Laurent.

L’entraide fait partie de la vie de Karl-Hugo Pelletier depuis aussi longtemps qu’il se rappelle : ses parents étaient toujours prêts à donner un coup de pouce aux membres de leur entourage.

Vice-président associé aux entreprises à la Banque Nationale du Canada pour l’Est-du-Québec et la Côte-Nord, il reconnait que lui-même a bénéficié du soutien de nombreuses personnes pour se rendre où il est aujourd’hui.

« Je viens d’un petit milieu et d’une famille modeste. Loin de moi était l’idée que j’allais aller à l’université, ou même avoir mon poste à la Banque. J’ai eu des gens qui m’ont beaucoup aidé dans le passé. C’est maintenant à mon tour de le faire », raconte-t-il.

Le coprésident espère d’ailleurs que de raconter son histoire, de démontrer ce que la solidarité d’un milieu peut apporter à un individu inspirera les directions d’entreprise à appuyer à leur tour Centraide.

« Il y a des organismes super importants qui ont besoin d’appui et à qui l’on ne pense pas systématiquement. On y pense quand nous ou l’un de nos proches en avons besoin. Tant que quelqu’un ne t’en parle pas, tu n’y penses pas. Centraide y pense. »

S’ouvrir à l’autre

Par son poste, Karl-Hugo Pelletier a l’occasion de parcourir la région pour rencontrer des entrepreneur·se·s et leur personnel. Ce contact direct permet au coprésident de prendre connaissance des histoires, belles ou non, que vivent les employé·e·s.

« On se rend compte que tous les organismes associés à Centraide peuvent favoriser les gens dans leur milieu familial, mais également au travail. Quand on comprend mieux ce qui se passe sur le terrain, c’est un peu plus facile après d’apporter de l’aide et des changements. »

La Banque Nationale est d’ailleurs un employeur qui met de l’avant l’inclusion de personnes de tout horizon, avec chacune leur histoire. Selon Karl-Hugo Pelletier, faire preuve d’ouverture et apprendre à connaître l’autre est primordial pour laisser tomber nos préjugés. « Les différences de l’un sont souvent complémentaires à un autre », note-t-il.

Le père de famille tente d’ailleurs d’inculquer à ses deux adolescentes cette ouverture d’esprit et l’importance de s’impliquer dans leur milieu.

Entraîneur du Sélect Badminton, président du conseil d’administration de la Fondation de l’UQAR, VP — Économie à la Chambre de commerce de Rimouski Neigette, président du comité du Tournoi provincial de Rimouski… Karl-Hugo Pelletier a une liste d’implications, actuelles ou passées, bien garnie et diversifiée.

Bref, ce passionné est bien préparé pour faire de la prochaine campagne un succès. « Il faut aussi que les gens comprennent qu’il n’est jamais trop tard pour s’impliquer. On peut le faire en donnant du temps ou de l’argent. Quand on en a les moyens, on peut même faire les deux », souligne-t-il, yeux rieurs.

En plus, il pourra compter tout l’automne sur son ami de longue date et collègue de la Banque Nationale, Steve Roy, avec qui il partage la présidence. « On a des équipes de secteurs complètement différents, mais on travaille quotidiennement ensemble pour les faire fonctionner en synergie. »

Une complicité qui permettra certainement aux deux hommes de faire rayonner Centraide. « Aider Centraide, ça permet d’avoir une communauté la plus saine possible », conclut-il.